Presqu'un mois que je ne me suis pas manifestée.

Le temps pour moi de me retouver. Le temps pour moi de me ressourcer. Le temps pour moi de trouver un équilibre.

On dit souvent qu'il faut toucher le fond pour pouvoir remonter. Je crois qu'il fallait que je descende si bas pour pouvoir revenir à la surface.

Oh, alors je ne suis pas complètement niaise non plus : la vie n'est pas rose et elle nous apporte son lot d'emmerdements quotidiens et puis ces périodes de détresse sont cycliques, je ne sais pour combien de temps je me sens enfin hors de l'eau...

Et pourtant, si quelque chose avait changé ? Si j'avais enfin arrêté d'essayer de trouver qui j'étais au lieu d'être simplement qui je suis ? Si j'avais enfin compris que ma vie est devant moi, même si je sais que la durée ne sera pas la même que tout un chacun, au lieu de regarder derrière moi ?

Je n'oublie rien. Je n'oublierai jamais rien. J'apprends à vivre avec.

Mon frère est parti depuis 13 ans mainenant, le 2 octobre fut une journée difficile. Un peu comme si j'étais là sans y être, un peu comme si j'étais 13 ans en arrière. Un peu comme si mon corps et mon esprit n'était pas un tout. Cédric n'a pas eu la chance de vivre. 25 ans c'est bien trop jeune pour mourir. J'en ai presque 10 de plus que mon grand frère maintenant... Et si je vivais vraiment, moi qui ai la chance d'être en vie !

J'ai, depuis ma greffe, l'impression que je ne contrôle rien, que je me laisse embarquer dans le troubillon de la vie. Aujourd'hui je veux reprendre ma vie en mains : c'est moi qui décide, j'ai été "patiente" assez longtemps !

Alors des projets naissent : j'aime mon travail, vraiment. Depuis 10 ans maintenant, j'enseigne et j'aime ça. Je me lance enfin et je m'inscris pour passer le concours interne. Je ne m'en serais jamais cru capable et j'ai toujours refusé de le faire. Aujourd'hui je me sens prête. Peut-être ai-je besoin de relever des défis autres que celui qui consiste à rester en vie...

Des projets plus personnels sont présents aussi mais pour l'instant je prends tout simplement le temps de vivre, vivre MA vie.

Merci à tous ceux qui sont à mes côtés, merci de m'avoir aidé à ne pas me sentir seule. Ludo, mon pilier; Delphine, ma confidente; Audrey, mon amie qui a toujours le mot pour me redonner le sourire; AG, indéfectible et quelques autres encore réels ou virtuels... Merci d'être là.

Je ne ronge plus mes ongles, je n'ai plus de problèmes de sommeil ni de stress ou d'angoisse, serait-ce enfin ce que l'on appelle un peu de sérénité ?